Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Monsieur Facebook et les jardiniers du web

Monsieur Facebook et les jardiniers du web

Monsieur Facebook, comme tout community manager, je me pose des questions sur ces changements incessants quand à l’usage de votre outil.
Il n’est pas de semaine, sans que vous ne pratiquiez, une refonte de ce qui devrait être un outil stable.
Rappelez vous que vous n’êtes que peu de choses dans une stratégie digitale usant des réseaux sociaux.

Tous nos articles sur le storytelling en suivant ce lien

Monsieur Facebook, je ne suis qu’un jardinier

exercice de rédaction web
Comme tout jardinier cherchant à faire pousser ses jeunes pousses, ce qui m’intéresse avant tout ce sont mes plantations.
Même si je peux trouver intérêt au design de mes outils de labours, à la couleur de mes sécateurs, à mes bottes de travail, imaginez, Monsieur Facebook que je sois obligé chaque mois :

  • De changer de couleur de bêche
  • De rendre secret une recette qui était libre,
  • De découvrir ne pouvoir arroser que 5% de mes rangs de radis..
  • De chercher à droite ce qui était à gauche dans mon atelier
  • De voir caché ce qui était visible,
  • De voir visible ce qui était caché

Je n’aurais au final plus de temps à consacrer à mes jeunes pousses.

Tout community manager use des réseaux sociaux au fil des saisons, et de ces actualités, en jardinier du web

Monsieur Facebook ne devenez pas Monsanto

Vous me direz, la comparaison est trouble.
La marque aux pesticides comparée à un réseau social qui se voudrait plus humain!
Mais Monsieur Facebook comprendra bien le sens de mes interrogations !
Si je veux parler à mes fans, ou même mes amis, il ne me reste plus qu’à vous payer un péage pour les atteindre.
Vous me direz, Monsieur Facebook m’en offre 5% !
Soit !
C’est comme chez Monsanto !
Chaque année, il me faut racheter les semences, je ne puis utiliser celles issues de mes plantations, elles sont stériles.
prix des prestations sur le webD’autres que moi, à la couleur de voix plus rauque auraient employer d’autres mots plus proches d’une réalité crue.
Ils vous auraient parlé de métiers de la rue, de commerçants, de femmes protégées..
Monsieur Facebook parle de reach, une sorte de droit de cuissage moyenâgeux caché derrière un mot aux allures plus prudes.

Pour nos marques, avons nous le choix de vous quitter? Bien sûr, au fil des jours, en usant au final de vos atouts de diffuseurs de réclame.

Monsieur Facebook, deviendrez vous un journal d’annonces?

A vous voir vieillir au fil des jours, je vous imagine finir en journal d’annonces, passant des conversations de vos « amis » au messages des marques.
Une sorte de « Bon coin », ou les brèves de comptoir accompagnent vos exigences de rentabilité.
Finalement, je pense que pour vous c’est une définition possible.
Vous êtes passé du statut de passerelle numérique, à celui de bonimenteur de marché.
Finalement, nos communautés ne vous intéressent pas plus que celà.
Elles manifestent pour vous une sorte de renoncement.

Pour chacun, nous continuerons de converser entre « amis ». Pour nos communautés, nous les construirons sur d’autres bases.

Monsieur Facebook est il bon pour Charles Perrens ?

Pour celles et ceux qui ne sont pas bordelais, Charles Perrens est l’établissement emblématique de soins des troubles psychologiques.
Vue de nos espaces de travail sans confusion aucune, n’y a t-il pas une sorte de dépression post-traumatique ?
Vous savez celle qui alimente les entrées en bourse mal pensées.
A moins qu’il ne s’agisse de traces de comportements boulimiques ?
A force de vouloir concentrer des capacités de faire, Monsieur Facebook aurait un trouble du comportement alimentaire.

En fait, Monsieur Facebook va bien, rassurez vous !

community manager professionnel tourismeMoi, on me le répète tous les jours, comprenez bien.
Vous avez besoin de poser des hashtags, les autres le font.
Vous avez la grande nécessité de gérer des albums, vous le faites presque aussi bien que Pinterest, et les vidéos?
Vous désirez même vous transformer en réseau professionnel!
Vous avez tant de besoins Monsieur Facebook, pour ressembler aux autres.
Vous tenterez de faire ce que les autres font si bien.
Question de standing et de leadership…

Monsieur Facebook, tout cela nous on s’en moque un peu !

Mais sachez que consacrer autant de temps à intégrer vos nouveaux usages qu’à surveiller mes plans de radis, c’est quelque peu irrationnel pour le jardinier que je suis.
Monsieur Facebook, vous me lassez.
Pourtant, je vous aimais bien.
Laissez moi retenir de vous une bonne image.
Celle du partage, celle d’un usage simplifié pour les amateurs de ce réseau social
Celle d’un usage sans changements continuels pour ceux qui vous font vivre, Monsieur Facebook !

Parce que nous sommes avant tout les jardiniers de nos marques.
Et vous le savez bien, pour arroser nos jeunes pousses, d’autres arrosoirs existent !

 

Photo une: couple de papier tenu entre des mains via Shutterstock

0 Comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. Monsieur Facebook et les jardiniers du web | Pa... - [...] Monsieur Facebook, comme tout community manager, je me pose des questions sur ces changements incessants quand à l’usage de …
  2. Monsieur Facebook et les jardiniers du web - Ja... - [...] Monsieur Facebook, comme tout community manager, je me pose des questions sur ces changements incessants quand à l’usage de …
  3. Monsieur Facebook et les jardiniers du web - Ja... - [...] Monsieur Facebook, comme tout community manager, je me pose des questions sur ces changements incessants quand à l’usage de …
  4. Monsieur Facebook et les jardiniers du web - Ja... - […] Monsieur Facebook, comme tout community manager, je me …  […]

Laisser un commentaire

serial rss
CONTACT
%d blogueurs aiment cette page :