Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

TPE et médias sociaux.

TPE et médias sociaux.

Les TPE entrent dans le monde des médias sociaux. En manque de références sur le sujet, les dirigeants des petites entreprises cherchent à répondre à des préoccupations précises. Le marketing sur le web est devenu une évidence, tant le numérique se répand massivement dans le quotidien des TPE et PME. Quelles sont leurs attentes ? Quelles sont leurs interrogations ? Voici quelques réponses qu’une agence digitale doit apporter à ces dirigeants.

TPE et médias sociaux: y a t-il un mode d’emploi?

Facebook posts sponsorisésLe marketing par internet semble mouvant pour beaucoup d’entrepreneurs.
Ils ressentent un univers mouvant, peu propice pour un engagement déterminé pour les entreprises qu’ils dirigent.
L’image un peu « geek » présentée par de nombreux professionnels du web est souvent décalée avec l’univers de leur quotidien.
Prêts à faire le pas, un mode d’emploi leur est encore nécessaire

Le marketing sur internet possède bien sûr ses propres règles.
De nouveaux métiers ont émergé pour répondre précisément aux contraintes d’une commercialisation dans un univers virtuel.
Cependant, sans rechercher à simplifier à outrance, l’Internet demande les compétences du marketing traditionnel, des stratégies de commercialisation traditionnelles. Ce sont sur ces bases que la réalisation de courant d’affaires peuvent se faire sur Internet.

Comment obtenir un réel engagement?

Les médias sociaux rassemblent une technologie, des contenus et des interactions dites « sociales ».
Les dirigeants cherchent à comprendre comment leurs contenus, leurs propositions vont obtenir, susciter de l’interaction sur l’Internet.

Le parcours d’un internaute entre sa recherche sur « Google », et son engagement sur les propositions faites par une entreprise suivent un fil précis. Les entrepreneurs cherchent à comprendre son fonctionnement.

J’investis sur Internet, quel retour puis je en attendre ?

retour sur investissements webUne entreprise consacre des budgets à sa commercialisation hors web.
Elle est habituée à chercher à optimiser l’usage de ces budgets, au travers d’outils de contrôle budgétaire.
Il lui paraît normal d’en faire autant pour sa commercialisation dans l’univers numérique.
Dans les faits, il ne faut pas parler d’investissement, terme qui en France porte à confusion. Le terme budget pose mieux les enjeux.

Comme dans la commercialisation traditionnelle, il demandera pour chaque cycle d’exploitation, de nouveaux engagements budgétaires.
Toute implication sur le web doit intégrer une stratégie marketing, fixant des objectifs comme toutes les autres actions des TPE et PME.
Toute mise en place d’une stratégie digitale doit mesurer ses résultats.

Une TPE, une PME doit user d’outils d’interaction sur le web ?

Les entrepreneurs ont pris conscience qu’ils avaient le besoin d’user de moyens spécifiques pour améliorer l’efficacité de leur présence sur le web.
Entrer en conversation avec les internautes ne peut se faire qu’avec les outils appropriés.
Par contre, ils n’ont pas, le plus souvent la moindre idée de ce que sont ces outils.

Leur présenter ces outils est un pas important dans la démystification des métiers du web.

C’est quoi, une stratégie digitale ?

stratégie digitaleStratégie digitale, emarketing, webmaketing, autant de mots qui n’ont pas de sens commun quand il s’agit de les mettre en œuvre.
Les entrepreneurs cherchent à savoir ce qui les attend pour leur première campagne sur le web.
Cela leur permettra d’être plus créatifs et de déterminer des stratégies plus adaptées au monde du web et à l’univers des entreprises.

C’est à l’agence de web marketing de répondre à ces questions.
Encore faut il qu’elle possède les compétences en matière de marketing traditionnel, pour accompagner les entrepreneurs.

Et vous, vous en pensez quoi ?

 

2 Comments

  1. Quand le choix de la strat digitale est fait, OK.
    Pour décider « d’y aller », une tpe tourisme doit se poser la question de l’opportunité d’investir ce canal, du coût de l’investissement (pas seulement financier; possibilité de mutualisation…) et du rapport coût/bénéf.

    • Tourisme: Il est vrai qu’il y a un coût d’accès incompressible à cette mise en place. D’expérience, nous voyons de toutes petites structures (1 personne) pour lesquelles une stratégie web est déjà gagnante. La problématique, en interne, est plutôt d’un autre ordre. Les professionnels sont ils capables de s’y investir personnellement? Pour externaliser ces missions, ce sont les niveaux de valeur ajoutée qui permettront d’intégrer ce canal plus ou moins agressivement.
      Pour l’opportunité, dans un secteur dont la visibilité dépend à près de 80% du web,la question ne se pose pas. C’est plutôt affaire d’approche professionnalisée. Ce travail d’évangélisation est nécessaire.

Laisser un commentaire

serial rss
%d blogueurs aiment cette page :