Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Une OTA, agence de voyages en ligne, utile?

Une OTA, agence de voyages en ligne, utile?

Dans ces moments charnières en matière d’intermédiation,  il nous est apparu de faire un point sur les OTA, les agences de voyages en ligne au coeur des tendances dans le tourisme. Un besoin de trier le grain de l’ivraie, de poser le dossier sur de bons rails.

L’OTA, une nécessité pour bon nombre d’hébergeurs.

Le fait que des agences de voyages en ligne existent n’est à priori pas à remettre en cause.
Elles ont une réelle utilité pour l’ensemble des hébergeurs qui n’ont pas accès, faute de moyens à certains profils de clientèle.
Elles apportent un trafic réel, et permettent un remplissage significatif chez beaucoup de professionnels.
De plus, bon nombre de ces intermédiaires ont constitué leurs propres clientèles en sélectionnant avec soin leurs partenaires au fil des années.

L’OTA, et ses engagements

Les problèmes commencent dès la formulation des engagements entre les OTA et les professionnels hébergeurs.
Alors qu’auparavant, les relations étaient équilibrées, par la prise d’engagement de remplissage, contre des avantages tarifaires, le web a permis le développement de prise de position dominante de certains acteurs.
Pour tout dire, des acteurs du web, pas du tourisme.
entre particuliersEn voguant sur la tendance du couchsurfing, ils bénéficient d’une relation directe avec les internautes.
Simple quand on sait, que le tourisme est le secteur d’activité avec la plus forte pénétration auprès des internautes.
Alors que leurs engagements sont rarement liés à un seuil économique, il arrive qu’ils soient maître d’œuvre de la politique de prix des hébergeurs.
Il arrive même qu’ils deviennent prédominant dans les politiques commerciales suivies.

Certaines OTA vendent de la visibilité contre une présence web

C’est une des nombreuses failles des activités soumises à la mondialisation.
L’internet a permis aux plus perspicaces de mettre en place des plateformes connexes à l’activité des hébergeurs.
Sites d’avis, sites de recommandation sociales, ont intégré sous différentes formes la prise de réservation pour monétiser au mieux leur plateforme.
Tant et si bien que cela revient à vendre de l’avis contre de la réservation.
Un engagement minimal!
Ils n’ont qu’à construire la plateforme d’avis, poser quelques règles civiles minimales, leur responsabilité s’arrête là.
Ils ne font pas les séjours, ne sont pas engagés directement sur les avis.
La vie est belle..

Quelles règles fiscales et sociales pour ces OTA déguisées.

Les règles qui leur paraissent les plus avantageuses, pour aller au plus simple.
Les montages sont sur le principe toujours les mêmes.
Une activité sur un pays, des marges étalonnées pour minimiser leurs bénéfices, et des « droits d’usage », remontés vers des pays aux règles fiscales plus douces.

Il existe des agences de voyages en ligne de qualité

Nous en avons recherché quelques unes pour illustrer nos propos.
Pour tout vous dire, en dehors du marché hôtelier dans un premier temps, afin de ne pas ajouter de la confusion aux raideurs actuelles sur ce marché.
Après quelques refus, nous nous sommes tournés vers une agence espagnole oeuvrant sur l’ensemble des marchés européens.

Quels sont ces services ?

Elle offre à ces clients hébergeurs un espace sur son site web leur permettant de les mettre en avant d’une manière efficace.
342243-1882-Fuengirola-Apartment_thumbPhotos, descriptif, tarifs sont ainsi mis en ligne dans un cadre de présentation préétablie.
Pour les internautes, vidéos de présentation des régions, aide téléphonique, des services plus qu’appréciés.
Pour parfaire le tout, le site web est traduit en 10 langues et administrés à chaque fois dans la langue originelle.
Tout cela, sans commission!
Oui !
Juste un tarif fixe, sorte de location d’espace web.
Comme quoi, un intermédiaire web peut être éthique et utile pour les hébergeurs et les vacanciers.

Une OTA doit être utile

D’un point de vue commercial, bien évidemment, c’est la base.
Elle doit également être respectueuse des hébergeurs qu’elle représente avec quelques règles simples, qui n’influent pas sur la politique commerciale des établissements.
Nous savons bien que la règle « néo- libérale », celle du plus fort pour dite les choses plus crûment, emporte trop souvent la conviction dans le monde de l’Internet.
Un équilibre est souhaitable entre ses intermédiaires du net, soumis aux règles qu’ils choisissent, et les professionnels du tourisme, qui font eux la véritable valeur ajoutée des touristes, qu’ils soient d’affaires ou de vacances.

 

 

0 Comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les nouveaux intermédiaires etourisme - Jacques Tang - […] nos tendances pour 2015, nous vous parlions d’une nécessaire organisation des professionnels du tourisme face aux OTA. Ces intermédiaires…
  2. OTA : Kayak met en avant son comparateur de voyage - Jacques Tang - […] Les OTA, dans les tendances etourisme,  […]

Laisser un commentaire

serial rss
%d blogueurs aiment cette page :